Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
50 ans après...
4 mai 2022

Le temps du silence et des vrais combats

Je l’ai t33585434_10213295834689505_3124957022760468480_noujours écrit et dit, je n’attaquerai jamais Jean-Luc Mélenchon. Le temps des grands désaccords, je ferai silence, me concentrant sur les combats de ma vie qui ont nom luttes sociales, luttes anti racisme, anti fascisme, contre l’homophobie, pour les droits des faibles, des minorités, pour écosocialisme et la refondation du Parti de Gauche qui se devra d'être présent et fort dans les temps viennent.

Chacun le sait, depuis que l’ai découvert un soir de 1990 au travers de l’une de ses positions des plus courageuses, j’ai suivi Jean-Luc, soutenu notamment dans notre combat victorieux de 2005, accompagné avec bonheur dans cette belle aventure du Parti de Gauche, admiré dans ses discours et sa vision géopolitique,  défendu face à certaines critiques quand il se bat contre vents et marées pour nos camarades musulmans en permanence attaqués depuis le comptoir des bistrots jusque dans les rangs de la majorité actuelle ou passée.

Comme il n’est pas mon gourou,  je l’ai aussi critiqué dans certaines de ses positions ou attitudes quand il a choisi de transformer la stratégie électorale FI en mouvement permanent, quand il n’a pas réagi aux propos d’une tête de liste aux européennes mettant sur le même plan le fasciste téléguidé Guaido et le président légitime élu du Venezuela, ou encore lorsque dès octobre 2016, il laissa dériver le programme FI vers une stratégie PS Bis et parfois d’autres positions mais je lui souhaite de réussir à être notre premier ministre et à porter les éléments du programme qui survivent à la stratégie en cours et si victoire il y a, ce qui me parait impossible, à tout prendre j’en serai heureux.

CE TEMPS DU SILENCE EST VENU CAR MA VIE MILITANTE, MES COMBATS, MES OBJECTIFS, MES VALEURS NE SONT PAS CEUX D’UNE VICTOIRE AU PRIX DE CERTAINES COMBINAISONS. JE NE SERAI DONC PAS DE CETTE CAMPAGNE, JE NE LA COMMENTERAI PAS ET MON VOTE, CAR BIEN SÛR VOTE IL Y AURA, SERA ETUDIE EN FONCTION DES CANDIDATS DE MA CIRCONSCRIPTION, DE LA CONNAISSANCE QUE J’AURAI DE LEURS ATTITUDES ET DE LEUR APPARTENANCE POLITIQUE (à l’exception bien sûr de candidats de droite, d’extrême droite ou du PS) AVEC UNE POINTE DE PREFERENCE POUR UN CANDIDAT QUI APPARTIENDRAIT AU PARTI DE GAUCHE.

Car dans quelle situation sommes-nous. En fin 2016, pour quelques raisons locales mais surtout parce que les choix de la 1ère convention à Lille portait les prémices d’un fonctionnement peu démocratique (tirage au sort des délégués, programme proposé en numérique et voté à coups de clics) mais aussi et surtout parce que les variantes dans les  choix du programme comme la non-reprise des propositions syndicales de SMIC qu’on osait porter en salaire net avec tous les dangers que ceci représente ou encore le recours à la CSG rocardienne donnait clairement le signal d’une évolution du mouvement vers une social-démocratie de type PS Bis, je me suis éloigné de ce mouvement. Les choix ultérieurs du comité électoral, les désignations de 2017, encore bien pire des européennes ont confirmé cette orientation.

La stratégie de l’Union Populaire, brillamment développée par les militants et bien sûr le tribun exceptionnel qu’il est a conduit, malgré les chausse-trappes et les insultes des partis  de la fausse gauche comme du PCF, Jean-Luc Mélenchon aux portes du second tour. Ceci illustrait bien le serment que nous entendîmes un soir de 2012 « Nous ne arrangeons qu’avec le peuple lui-même ». Elle fut une bonne initiative et je suis de ceux qui espéraient qu’un JLM arrivant à la présidence s’affranchisse des errements de la FI ou qu’une mobilisation populaire l’y contraindrait.

Malheureusement, cet accès au second tour, entravé par cette volonté médiatico-politicienne nous fut refusé et là encore la réaction de notre tribun fut empreinte de grandeur et le rebondissement porteur d’espoir en appelant le peuple à le porter au poste de 1er Ministre par la victoire de l’UP aux législatives.

Outre le fait que je reste convaincu que cette majorité semble impossible, la réforme Jospin du quinquennat ayant été conçue pour empêcher toute cohabitation (mais je puis et je le souhaite être contredit par les faits) pourquoi diable fallait- il que la FI s’embarque dans cette attitude d’union des forces politiques sans distinguer ce qui était de gauche ou ne l’était pas ?

Pourquoi fallait-il notamment car c’est le point crucial de mon opposition inviter le parti dit socialiste à la table des négociations et s’acharner jusqu’à plus soif à vouloir avec lui un accord qui , entre nous soi-dit comporte quand même un paragraphe édifiant sur le renoncement à ce qu’avec le PG nous avions bâti sur l’Europe et la monnaie unique ? Comment pourrions-nous croire que ceux qui ont tout trahi de leur programme de 81 en matière de défense des services publics, en matière de primauté économique de la nation, en matière de combat antifasciste, seraient demain loyaux et fidèles ? Comment croire que le PCF, qui depuis le début de nos combats contre cette énergie, ne mettra aucun bâton dans les roues du choix de l’AEC de sortie de cette énergie nucléaire mortifère ? Comment être sûr que les positions d’EELV sur l’Europe ne ressortiront pas aux premiers choix sur la planification écologique ?

Bref, nous risquons fort, s’il victoire il y avait, ce qui je le répète est loin d’être gagné, que cette majorité où l’on aura quand même sacrifié (j’en connais assez certains pour le dire) des militants de grande valeur qui s’y préparent depuis des mois pour distribuer des circonscriptions, ne soit fidèle que le temps d’une élection et contraignent le premier ministre à faire du Mitterrand voire pire, du Rocard ou du Tsipras…

Je sais combien est populaire la fausse espérance de l’unité certes porteuse de victoire mais à un prix que je ne souhaite pas payer.  Désolé ce n’est ni ma vie, ni mon combat et je regarderai cette campagne de loin en privilégiant ce qui est ma véritable expérience, celle du soutien aux luttes syndicales, celle des combats associatifs pour les valeurs qui sont les miennes pour une société nouvelle, pas pour un aménagement un peu moins inconfortable de l’actuel libéralisme européen .

Comme je l’ai dit souvent….Je suis un militant, pas un politicien et la vraie lutte pour un autre monde anticapitaliste, égalitaire en droits, anti raciste continue….

 

 

Publicité
Publicité
Commentaires
50 ans après...
Publicité
Informez-vous....Débattons
Ce blog se veut être un lieu de débat...N'hésitez pas à vous abonner et surtout à apporter commentaires, propositions, oppositions. Il sera répondu à chacun dans le respect de sa liberté d'opinion.
Newsletter
64 abonnés
50 ans après...
Archives
Derniers commentaires
Visiteurs
Depuis la création 20 921
Publicité