Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
50 ans après...
26 août 2018

Jean-Luc Mélenchon oui mais…..

27973258_155321615275899_1917419852262668404_nCe n’est un secret pour personne, je pense;  j’ai pour Jean-Luc Mélenchon depuis 1989, le respect, l’admiration pour l’homme de courage, pour le tribun, pour le fin analyste géopolitique qu’il est et je garde au fond de mon esprit ce que je lui dois dans la magnifique aventure que nous avons vécue avec le Parti de Gauche. N’étant en aucun cas groupie, ce qu’on a pu lui dire de moi, ce qu’il peut penser ou écrire à mon sujet ne fait rien à l’affaire, il aura toujours, parce qu’il est l’un des quelques hommes remarquables de nos républiques depuis Robespierre, mon soutien sans faille tant qu’il s’agit de son nom et de ses combats.

Ce n’est pas de cela qu’il s’agit dans les débats en cours, dans la formidable partie qui se joue contre le capital depuis des siècles. Ce qui est en jeu c’est l’avenir des forces et des projets qui nous mènent vers ce qui nous a fédérés, motivés, au sein du parti qui était notre ciment, la Révolution Citoyenne via la construction par le peuple lui-même d’une rupture avec les forces oligarchiques, donc avec les institutions de la 5ème République par une Constituante imposée par le président élu.

Et ce n’est en aucun cas, ni faire injure à Jean-Luc Mélenchon, ni renier nos combats et notre objectif commun que de dire que, non seulement nous nous sommes trompés au PG auquel, que personne ne se réjouisse, je reste fidèle adhérent, mais que la FI nous entraîne sur une pente tout à fait contraire à l’objectif fixé.

La révolution citoyenne exige des outils et une stratégie.

La stratégie, nous la connaissons, conquérir le pouvoir présidentiel, décréter la Constituante et convoquer son élection, commencer avec le parlement élu et en soutenant la pression populaire indispensable le programme des réformes sociales pour mettre fin à la misère organisée par 35 années d’euro-libéralisme.

En quoi avons-nous fauté ? Pourquoi n’avons-nous pas réussi à fédérer les classes populaires contre les lois Macron/El Khomri ? Comment n’avons-nous réussi la formidable campagne contre la casse du statut des cheminots ?

Beaucoup de questions sur tous ces thèmes mériteraient une profonde réflexion interne à notre parti et accessoirement au sein de la FI si tant est que ce mouvement ait un avenir. Réflexions qui à elles seules auraient motivé le maintien de l’université d’été du PG, désormais bien trop absent du paysage et qui auraient dû mobiliser ces fameux amfi2018 à Marseille.

Commençons par le Parti de Gauche. J’ai la chance et elle m’aura marqué pour longtemps, d’avoir rencontré ce parti, d’avoir vécu la belle aventure de conseils nationaux en conseils nationaux, de congrès en congrès. Même si j’ai combattu la stratégie du parti creuset, de l’erreur enfin reconnue du Front de Gauche et fortement douté, à l’expérience je n’avais pas tort, de celle de la FI, je me suis battu sincèrement et je le crois respectueusement, sans jamais tomber dans les attaques ad hominem, parce que ce n'est pas mon fonctionnement et que si tout venait de quelques hommes ou femmes, ce serait simple à régler, pour ce à quoi je crois.  

Et ce que je crois, je le dis et le redis sur tous les tons : il n’y a pas de solutions sans un parti fort, clair sur la stratégie et les alliances éventuelles de circonstance ( on ne peut pas passer de l’extrême d’aduler le PCF à l’extrême de ne plus le rencontrer par exemple, encore moins et de loin du « plus jamais PS » à l’acceptation d’une soi-disant aile gauche valable ou de socialos porteurs des aberrations « hollandiennes » ), un parti organisé, développé, démocratique avec une politique décentralisée de cotisations, de formation, avec un outil d’information performant. Avec les nombreux camarades qui se retrouvaient sur cette ligne et qui contraints ou écœurés, ont malheureusement quitté le navire, je reconnais que nous avons perdu et que l’allégeance à la FI est un naufrage dans lequel nous serons les premiers à sombrer. Cependant cette réalité du parti fort n’est pas nouvelle, le PC par son organisation en fut très fort en son temps et reste solidement ancré, le PS à Epinay s’en est servi pour conquérir le pouvoir, même s’il a dérivé en 1983.

Mais aujourd’hui, la FI sur un programme qui était celui du PG, y compris, et peut être surtout, la belle charte éco-socialiste, qu’elle s’est contentée d’amender et pas en bien pour ce qui concerne la Constituante mais surtout et beaucoup plus grave, par l’abandon de la notion de salaire en faisant référence au salaire net etc. se situe en mouvement électoraliste. Faut-il trouver normal que la lutte contre le capital se transforme uniquement en lutte anti-Macron avec l’aide éventuelle de forces de droite qu’il s’agisse de LR ou de PS ? Ne doit-on pas s’inquiéter d’utiliser tous les scrutins, y compris le scrutin européen à cet effet ? Faut il accepter que les idées et fonctionnement personnel soient modifiées pour quelques voix? Devons-nous systématiquement nous user dans toutes les élections, y comris le  plus inutiles pour notre stratégie ou construire enfin la seule victoire importante dans notre état, la victoire au niveau du pouvoir national?

Certes, nous avons élu des députés et la majorité d’entre eux, celle  que je ne soupçonne pas d’ambitions électorales démesurées, fait un travail formidable, je pense notamment à Loïc, Mathilde, Ugo, Adrien mais le fonctionnement de cette Assemblée, les méthodes de débats, la volonté justifiable d’exister et d’apparaître ne risquent-elles pas de conduire à des compromis sur la ligne du programme l’Avenir en Commun qui, même imparfait sur certains points, reste et doit rester notre seul base électorale ?

Surtout ne mettons pas sous le tapis la réalité de notre pays, des services publics massacrés, un service de santé exangue, une pauvreté qui se répand de mois en mois, le programme du CNR aux oubliettes, une détérioration écologique consécutive à la loi du fric. C'est sur ces points que l'étincelle mettra le feu à la plaine et nous devons être prêts à la soutenir et à y répondre, c'est plus important que nos milliers d'amendements déposés et bananés par la majorité de godillots qui sera toujours une réalité dans la 5ème République et dans l'imbécilité du choix du quinquennat.

La logique d’un mouvement dit « gazeux » qui, par nature n’a ni structures viables, ni vrais pouvoirs de décision sur la ligne ne conduit elle pas au pouvoir exorbitant de ses élus et n’est-ce pas ce que nous découvrons peu à peu dans une évolution qui va de la révolution citoyenne à la construction d’un nouveau PS qui ne sera pas celui d’Epinay mais celui qui conduisit à la dérive libérale et finalement au « Hollandisme », à une organisation qui fonctionne à coups de clics et de tirages au sort, empêchant de fait toute vie réellement démocratique..

Sans esprit critique, l'admiration légitime peut conduire, et je l'ai vécu plusieurs fois au soutien d'un homme ou d'une équipe. Il est vital d'y faire toujours attention et dans la création de la FI, dans l'allégeance du PG à la FI, dans la campagne des législatives, il y eut de ça aussi...restons ce que nous sommes, des militants conscients, critiques, c'est notre meilleur atout.

Autant de questions qui me vaudront sans aucun doute le retour habituel des accusations d’aigreur, de redondance, de lourdeur et j’en passe mais qui ne me feront pas dévier du fil de ma pensée. Oui Mélenchon est et reste l’homme d’état dont nous avons besoin, oui les années de travail du Parti de Gauche permettent l’espoir et il de la responsabilité de ceux qui ont la force et à qui reste la motivation d’exiger du PG qu’il prenne enfin sa place de parti de la Révolution Citoyenne et qu’il remplace l’allégeance à la FI par l’esprit critique…faute de quoi, mes amis, nous avons perdu pour longtemps et les discours brillants et mobilisateurs ne remplaceront pas la nécessaire force pour une société nouvelle, .sociale et démocratique, bref pour que viennent enfin les jours heureux.

 

Publicité
Publicité
Commentaires
50 ans après...
Publicité
Informez-vous....Débattons
Ce blog se veut être un lieu de débat...N'hésitez pas à vous abonner et surtout à apporter commentaires, propositions, oppositions. Il sera répondu à chacun dans le respect de sa liberté d'opinion.
Newsletter
64 abonnés
50 ans après...
Archives
Derniers commentaires
Visiteurs
Depuis la création 20 922
Publicité