5 mai ensembleDepuis maintenant 8 années en novembre prochain, nous avons entamé au Parti de Gauche, avec Jean-Luc Mélenchon, la longue marche vers une victoire du Peuple qui reprendra main sur ses affaires.

Dans cette stratégie, un axe essentiel a toujours été développé, celui d’abattre la Constitution monarchique de la 5ème République par le moyen démocratique et pacifique de la victoire présidentielle, levier nécessaire mais pas suffisant des changements nécessaires.

Dans cette évolution qui nous conduit aujourd’hui à une victoire hautement possible de notre candidat, nous avons appris en marchant. 2012 et 4 millions d’électeurs nous ont donné la preuve que c’est possible, les suites de 2012 nous ont appris que David ne vainc Goliath qu’avec sa seule force, que toute alliance, tous cartel de partis, toute illusion de faire évoluer avec nos faibles troupes, un parti structuré et 5 fois plus structuré était illusoire,  que toute recherche de postes d’élus dans des fusions que l’on appellerait techniques et qui se révèlent politiques est dangereuse et que c’est de la mobilisation des masses exploitées par l’oligarchie alliées à la victoire électorale que dépend l’avenir.

Le temps est venu d’envisager la victoire et de faire en sorte d’éviter les écueils que nous allons rencontrer qu’il s‘agisse des pièges connus que nous tendra l’Union Européenne, qu’il s’agisse, n’en doutons pas, des verrous que tenteront de mettre les institutions de la 5ème République à tout ce que nous voulons faire.

Si c’est vrai et discuté tant dans notre parti que dans le mouvement de campagne ‘France Insoumise » pour ce qui est des traités européens, il nous faut être plus clairs sur notre volonté et notre attitude pour ce qui se passera dans notre pays. Nous ne renverserons pas la table, nous n’imposerons pas les changements indispensables si nous ne savons pas poser dès le jour de l’investiture, les actes fondateurs de la Révolution citoyenne.

Le premier acte fondateur est connu, exprimé par notre candidat sous la forme « dès le jour où vous m’aurez élu, nous convoquerons l’assemblée Constituante ».

Ne nous limitons pas à des considérations légalistes, tel cet article 11 ressorti de sa poussière lors de la convention des Insoumis à Lille qui imposerait par le vote d'un referendum une validation de l’utilité de ce point de notre programme , un délai et sans doute un débat passionné à coup d’examens par les structures juridiques de la 5ème, d’appels et de contre-appels. Si nous ne reconnaissons pas les structures constitutionnelles de la 5ème, dépassons celles qui n’ont pour objet que de nous ralentir dès le premier jour, faute de quoi elles joueront leur rôle et nous entraîneront même si ce n'est pas notre choix dans une situation à la Tsipras.

Ne nous limitons pas non plus à un angélisme certes sympathique qui consiste à croire que la démocratie passe par un tirage au sort des députés de la constituante et revenons aux fondamentaux, la République c’est l’expression réfléchie, pesée entre des candidats au suffrage du peuple, pas la loi du sort.

Pour toutes ces raisons, revenons aux premières déclarations de notre candidat, préparons et publions dans le programme du candidat la mission, les modalités et conditions d’élection (nombre de députés par exemple) de la Constituante dont l’élection doit se faire au maximum simultanément aux élections législatives de juin.

Faute de quoi, avec un referendum confirmant ou infirmant l’objet essentiel de notre programme alors que notre peuple aura validé le projet en élisant son porteur, inéluctablement nous tomberons dans le travers inévitable d’une décision fondamentale retardée jusqu’à ce qu’elle soit dénaturée et nous serons dans la situation du président Hollande avec le mariage pour tous où, par manque de courage politique, ce qui chez les responsables du PS n’est pas un scoop, la loi d’égalité prévue dans le programme n’a pas été faite dans l’été 2012 et a donné lieu aux les atermoiements que l’on sait.

Je n’apporte ici qu’une simple contribution personnelle, insoumis je le suis depuis mes 15 ans et peut être avant, je n’ai pas besoin de ré adhérer aujourd’hui à ce concept, acteur politique modeste et en recherche de la force révolutionnaire idéale je le suis depuis 1964 et ai trouvé avec Jean-Luc Mélenchon et le Parti de Gauche, le parti qui est le seul pivot possible de cette force, je n’ai pas besoin de chercher plus avant et je crois qu’il est grand temps que nous nous consacrions à aider notre peuple à comprendre que rien ne se fera sans renverser la table…

Soyons conscients d’une réalité, il y a celles et ceux qui disent c’est comme ça, qui ne combattent pas la désastreuse grande distribution parce que ce seraient «  les nouvelles habitudes de consommation », il y a celles et ceux qui ne combattent pas le désastre écologique parce que « sans pesticides on ne peut rien produire en quantité suffisante » et ceux qui acceptent les dangers connus et vérifiés du nucléaire parce que « ça nous ramènerait à la bougie » les exemples peuvent se décliner à l’envi.

Nous ne sommes pas cette catégorie, nous n’en serons jamais…Ne tombons pas dans ce piège de bobos qui consisterait à trouver normal que «  les gens ne voulant plus entendre parler de partis politiques et de gauche » la solution serait dans un mouvement d’inorganisés/organisés et dans le tirage au sort remplaçant le suffrage universel.