50 ans après...

20 février 2017

Merci à tou-te-s

10405696_982271305137458_5765948995466078082_nCe blog vient de franchir la barre des 3000 visiteurs et avoisine les 4000 pages vues.

Grand merci à chacun(e) d'entre vous pour supporter mes articles, mes états d'âme parfois et surtout l'espoir de voir enfin...l'intelligence, la justice sociale, le courage politique, l'égalité des droits et la Constituante enfin bref, la victoire du Peuple sur l'oligarchie cette année....

Rendez-vous dimanche 7 mai 2017 20 heures.

Pour cette belle journée, comme en cadeau, la grande et belle performance de chiffrage de notre programme.

 https://www.youtube.com/watch?v=T7b67QCjibc

Posté par Micmilitant Gien à 11:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 février 2017

Ce n'est qu'une contribution...ma modeste part de vérité.

JJ’ai eu souvent l’occasion dans ce blog d’affirmer mon attachement à deux réalités, fidélité indéfectible à Jean-Luc Mélenchon et certitude qu’il nous faudra refonder le Parti de Gauche dans ce qu’il aurait dû rester : le parti de la Révolution citoyenne

Désormais libre de toute responsabilité dans le parti, c’est en militant totalement détaché des contraintes légitimes des fonctions que je puis apporter ma pierre au seul élément vital de l’année 2017, la victoire de Jean-Luc Mélenchon aux Présidentielles.

Parce que depuis 1989, j’ai pu juger de son courage, de sa constance dans une ligne, parce que depuis, 2008 que nous l’accompagnons au PG, nous sommes des milliers à avoir pu juger de sa ténacité, de ses innombrables et très fortes compétences, de son humanisme et de son humanité, nous savons qu’il est l’homme de la situation et que la réussite est à portée de bulletin.

Que cela plaise ou pas aux instituts de sondage, la victoire est en marche. Même les groupes de presse dont la propriété et donc la ligne sont détenues par l’oligarchie et les puissances d’argent à 95% ne peuvent plus comme ils l’ont fait, même en 2012, soit ridiculiser soit ignorer notre candidat. Pour preuve, les journaux sont amenés à commenter ses meetings tous réussis, son audience forte de 250 000 soutiens. Sa maîtrise des outils modernes de communication mais aussi la qualité du programme l’Avenir en commun , font que Jean-Luc Mélenchon a conquis de haute lutte sa place sur les plateaux radios et télés où les journalistes ne peuvent plus aussi facilement lui couper la parole ou ricaner de ses positions mais aussi que la presse écrite y compris régionale a de plus en plus de mal à l’ignorer….

Et c’est bien pour cela qu’un débat sur un ralliement à Hamon, d’un illogisme sans nom, monté par le PS et repris en chœur par le monde médiatique n’avait pas lieu d’être et grand merci à JLM d’avoir pris l’initiative de mettre ce candidat devant ses responsabilités qu’il a bien entendu immédiatement déclinées. Bien sûr il est très simple d’exploiter sans vergogne une tendance compréhensible mais totalement faussée, de tous ceux qui ont cru à la victoire de la gauche en voyant le PS s’installer au pouvoir et de vouloir additionner des choux et des carottes comme si une élection se résumait à un problème de maths. Il est si facile de certifier qu’il est convenable au nom de la gauche, au nom de je ne sais quelle unité ou du risque-alibi du FN (que le PS lui-même a laissé s’installer sur 30 ans au lieu de le tuer dans l’œuf comme il en avait les moyens), de suivre avéuglément tout candidat de ce phare imaginaire de la gauche qu’est le PS..

Le Parti Socialiste (ou plus exactement social-libéral), en voulant continuer de se présenter comme le phare incontournable incarnant la gauche et derrière lequel tout devrait se ranger, a tenté l’appât Hamon, celui qui, s’est drapé dans une situation dite de frondeur mais a voté, avec le PS, les lois les plus scélérates comme le vote sans changer une virgule, du traité Sarkosi/Merkel, n’a apporté aucun soutien clair et précis aux victimes de la répression comme Rémi Fraysse ou les camarades victimes lors des manifestations contre la loi El Khomri imposée sous 49-3 et qui, pour comble a refusé de voter la censure sous le prétexte fallacieux qu’elle venait de la droite.

Bon ce débat est enfin derrière nous, restent les instituts de sondage qui, soi dit en passant, se sont trompés à peu près sur toutes les élections primaires etc.… mais sont le dernier verrou du système et participent avec une certaine efficacité au climat ambiant.

Un exemple, s’il en était besoin, pour illustrer ceci…Hamon, à peine désigné, un sondage le place ostensiblement loin devant Jean-Luc Mélenchon. A l’aide de paramètres du type correctifs en fonction du résultat 2012 ou autre trouvaille, tout est calculé pour qu’en aucun cas notre candidat n’accède à la seconde place et que dans tous les cas, Le Pen ne descende pas de la première. Nous savons bien qui sont les propriétaires ou gestionnaires de ces instituts, laissons les à leur occupation et cessons de nous intéresser à leur tambouille.

La réalité est là, simple, limpide, chaque réunion publique de Jean-Luc rassemble sans fausse note, sans claque d’applaudisseurs, plusieurs milliers de personnes que chacun peut voir au Mans, à Florange, à Strasbourg, à Lyon, à Bprdeaux, à Périgueux et pardon à ceux que j’oublie, déborder des salles, attendre dans le froid et sous la pluie, écouter avec sérieux, repartir avec enthousiasme après un discours d’une pédagogie remarquable; chacun peut mesurer l’indice d’écoute de chaque émission télévisée ; chacun sait que la chaîne Youtube de JLM est la première chaîne politique et que le nombre de soutiens sur JLM2017 progresse en ce moment à la moyenne de 1500 par jour et a dépassé les 250 000.

Oui ils peuvent sonder tout ce qu’ils veulent, attaquer tel ou tel point du programme et pour ma part j’en critique un ou deux mais pas plus, ils ne peuvent nier que ce programme existe et que notre candidat le portera pour l’appliquer dès le 7 mai au soir.

Ils peuvent à coup d’experts et de graphiques expliquer que ce programme est inapplicable, ils ne pourront pas nier l’expertise de haut niveau d’un chiffrage qui se présente actuellement en toute transparence sur la chaîne Youtube.

Ils peuvent expliquer que sortir des traités européens, convoquer la Constituante pour changer ce système serait une catastrophe, ils ne peuvent pas nier que notre peuple est un grand peuple, éduqué, responsable, éprouvé par 10 ans de hollando sarkosisme et 30 ans d’Europe libérale qui l’ont conduit à la pauvreté, au chômage et donc à la misère.

Pour toutes raisons, parce que nous voulons sortir de cette dualité, de cette alternance entre deux forces de droite, parce que nous ne voulons pas voir s’installer les idées nauséabondes que nos parents et grands-parents ont vu à l’œuvre à l’époque de Vichy et du nazisme, oui la seule hypothèse, la seule résultante, le seul espoir s’appelle Jean-Luc Mélenchon et la révolution citoyenne par les urnes et nous allons la gagner.

Posté par Micmilitant Gien à 19:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 février 2017

5 février 2017…Une double réunion publique….HISTORIQUE

16508220_1431843543494516_5710966238560068407_nQuel que soit le mépris avec lequel elle fut traitée dans la plupart des médias, cette date du 5 février 2017 où se tenaient simultanément à Lyon et à Paris/Aubervilliers 2 réunions publiques de notre candidat Jean-Luc Mélenchon, c’est à la fois un succès incontestable en nombre mais également une de ces journées qui rappellent le Prado en 2012, une de ces journées où, au détour de chaque phrase, certaines devenant citation, se distille, avec grande pédagogie, dans nos esprits une culture, une compréhension des problèmes et solutions du quotidien comme des aspects écologiques ou géopolitiques de la situation de notre monde.

Le temps n’est plus aux petits calculs de bas étage, à la mathématique d’addition des voix des Hamon, des Jadot, à savoir si les Laurentistes choisiront Hamon ou Mélenchon; l’heure est à l’infusion profonde dans notre peuple des analyses et des choix qui le conduisent à reprendre pouvoir sur ce qui le concerne.

Oui cette date du 5 février, prélude à un 18 mars à La Bastille ouvre la période historique qui nous conduira à la victoire du 7 mai et à la mise en place de ce qu’avec le Parti de Gauche, nous élaborons depuis 2008, la Révolution Citoyenne.

Bien sûr, il y eut l’hologramme, cette belle prouesse technologique mais qui ne doit pas masquer le fond du discours, clair, élaboré, construit que chacun se doit d’assimiler.

Ol est inutile de s’inquiéter du pilonnage médiatique qui aujourd’hui pousse à croire à un second tour Le Pen/ Macron comme il nous a fait avant Valls/Sarkosi, puis Le Pen/ Fillon, de s’inquiéter de matraquage de sondages qui nous avaient promis Sarkosi/Juppé et Valls/Montebourg aux deux primaires de la droite et qui se sont toujours trompés, ce ne sont que bien piètres faiseurs d'opinion.

Des phrases claires, qui font chaud au cœur, comme « Il faut sortir des traités » ont arraché quelques "larmichettes" à tous ceux qui, comme moi ont porté cette position au sein de notre parti et dont le refus a coûté si cher à l’avenir du Parti de Gauche qu’il nous faudra refonder tant il est indispensable à notre projet.

Et puis ce fut ce bel hymne à l’école républicaine, " La France est la fille aînée de la Sécurité Sociale et de l'école laïque". à ce talent de nos maîtres d’école, à ce retour à un accès et une formation sérieuse des enfants du peuple à la fonction d’instituteur, à cette nécessité d’égalité en fustigeant la position aussi grave qu’inadmissible de Mme Le Pen qui veut refuser l’accès aux enfants d’étrangers.

Il y eut tant et tant d’autre points qu’il est bien sûr impossible de traiter ici en un seul article, avant que ne se termine, là dans cette superbe ville de Lyon le chant de la « colline qui travaille », le Chant des Canuts.

Oui c’est bien de ces dates incontournables du 23 avril et du 7 mai que dépend notre futur et celui de la jeunesse de notre pays, c’est bien de la victoire de Jean-Luc Mélenchon que dépend la concrétisation de nos espoirs de démocratie, de souveraineté, de pouvoir du peuple, bref de la révolution citoyenne.

Prenons notre destin en main et le 7 mai au soir, alors que nous célébrerons la victoire, soyons déjà mobilisés pour que s’enclenche sans délai le processus, pour que le Président élu convoque sans ambiguïté et sans délai, l’élection de l’assemblée constituante pour laquelle nous devrions déjà être mobilisés, pour que le premier gouvernement constitué se charge sans attendre des reformes sociales nécessaires à la lutte contre la pauvreté qui est le résultat des politiques de droite et d’austérité assujetties aux diktats de l’Europe libérale.

Posté par Micmilitant Gien à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 janvier 2017

PLUS QUE JAMAIS … L’AVENIR EN COMMUN S’APPELLE MELENCHON

10620527_771823629522602_5891450159602612604_nCa y est, cette séquence qu’il convient d’appeler le congrès du PS est enfin derrière nous. Les primaires de droite et du PS ont choisi leurs porteurs de parole….

Le premier, Fillon est déjà confronté à la situation des pratiques qu’une Constitution monarchique et la conception de la droite décomplexée issue du sarkosisme ont permises, le second Hamon, dont la victoire n’a d’autre sens que de régler le vieux rêve du PS : se débarrasser de Mélenchon.  est empêtré dans la politique libérale de droite des gouvernements qu’il a soutenu, le plagiat de notre programme et les tripatouillages électoraux de son parti .

Aujourd’hui comme hier, aujourd’hui encore plus qu’hier, ceci ne nous concerne pas.

Les plus graves erreurs que nous pourrions commettre seraient celles de céder au défaitisme, de croire de savants calculs mathématiques qui aboutissent à la solution du retour à nos démons du passé dans une union de forces qui n’ont rien à faire ensemble, de concéder tel ou tel aménagement de notre programme pour « gagner les voix nécessaires au second tour ».

La force de la candidature Mélenchon, c’est la crédibilité d’un camarade clair sur l’objectif, bénéficiaire d’une vie militante honnête et courageuse, porteur d’une capacité de tribun pédagogue liée à un sens du collectif qui a permis un programme d’exception : l’Avenir en Commun.

C’est ce programme et lui seul qui doit être le ciment de notre volonté de passer le premier tour, de gagner au second et d’engager sans délai, sans tergiverser, dès le soir même de l’investiture, la révolution citoyenne.

Celle-ci commence par son acte fondateur, la Constituante, élue par le Peuple Français avec la mission précise de rétablir la voix démocratique du peuple. qui implique le coup d’éclat nécessaire, sa convocation sans délai, considérant que le vote du peuple du 7 mai a force de loi, 

C'est l’Ecosocialisme comme base économique et les autres aspects fondamentaux comme l’égalité des droits ou le rôle majoritaire des travailleurs dans l’entreprise.

Pour ceci, notre candidat doit préciser encore plus clairement qu’il ne le fait, les axes du programme sur ce point et se différencier clairement de la pseudo politique de gauche du candidat du PS.

Pour cette raison,  il convient d’accentuer le programme social déjà très bien pensé, de contrer l’absurdité du revenu universel par des mesures sociales d’exception que doit prendre le premier gouvernement du quinquennat qui s’ouvrira, notamment rejoindre la proposition syndicale du SMIC à 1800 euros bruts, résoudre le problème du montant actuellement inacceptable des minima sociaux et je pense que doit être mis à la réflexion collective cette partie d’un excellent billet de ma camarade Brigitte Pascall:

« D'où, à ce stade, la nécessité d'infléchir à gauche notre programme: en offrant une vie décente à chacun :

- soit par un emploi correctement rémunéré,

- soit par le salaire versé intégralement en cas de perte d'emploi.

- Soit grâce à une allocation mensuelle, allant entre 900 et 1000 euros.

.Il nous reste à préciser encore plus clairement les moyens d’égalité du salaire hommes/femmes, matraquer sur le choix de la petite entreprise, la petite exploitation et le commerce de proximité…Ce ne sont là que des idées à creuser encore et encore bien sûr

Toute autre attitude, notamment celle d'un quelconque rapprochement avec Hamon autre que celui d'accepter qu'il se soumette au candidat et au programme, serait pour une partie de l’électorat acquit, une déception comparable à la confiance perdue en 1983 dans la politique de gauche sacrifiée au libéralisme européen.

Et puis, bien sûr la situation créée montre s’il en était besoin, la nécessité que se refonde pour l’avenir notre parti de gauche en un vrai parti de la révolution citoyenne sans lequel tout accompagnement des mesures et de la réussite du programme se révélera impossible.

M.T.

26 janvier 2017

LES FRUITS ET LA PROMESSE DES FLEURS

 

révolution citoyenne

J’ai eu, à maintes reprises, l’occasion d’affirmer mon attachement à deux objectifs, la victoire de Jean-Luc Mélenchon le 7 mai 2017 et la refondation du parti de Gauche qui sera l’une des clés de la réussite de notre seul objectif : ENTAMER LA REVOLUTION CITOYENNE.

Si la victoire du 7 mai est désormais indiscutablement du domaine du possible, ce qui veut dire bien sûr qu’il faut continuer et amplifier l’explication de programme, collectivement pour ceux qui le peuvent, individuellement pour ceux qui ont choisi, c’est mon cas, pour des raisons politiques diverses, de s’écarter du mouvement électoral France Insoumise.

La victoire du 7 mai implique de ne pas se tromper de tactique, encore moins de confondre cette dernière avec notre stratégie.

Les pseudos débats qui agitent médias et hélas, certains des nôtres, sur les réseaux sociaux quant à l’attitude à avoir dans cette mascarade des primaires/congrès du PS n’ont à mon sens pas lieu d’être. Les primaires sont un piège comme l’a excellemment décrit Alexis Corbière dans son livre, elles ne peuvent ni nous concerner ni même nous intéresser et le choix est clairement affirmé entre un candidat de l’autorité, de la dérive droitière, du débat à coup de 49-3 et de répression et un candidat qui a tout voté, qui a refusé les occasions de censurer ce gouvernement et ce n’est pas parce qu’il pique ses idées dans notre programme, qu’il a rejoint le gauche. Les deux déclarant d’ailleurs qu’ils se rallieront au vainqueur pour participer à l’agonie d’un parti qui a tout trahi, tout magouillé jusqu’à un cafouillage sans nom des chiffres de participation.

Fin de la partie, notre seul souhait doit être un chiffre ridicule de participation, chiffre réel que nous en connaîtrons pas bien sûr, les calculettes étant quelque peu mal (ou trop bien) réglées….

Sur cette affaire, je joins en fin d’article et avec conviction, un excellent billet de mon ami et grand camarade Vincent Christophe Le Roux.

Bon ceci étant dit, ne perdons pas notre temps non plus avec de pseudos rencontres sur les législatives pour répondre aux cris d’orfraies de quelques députés qui n’ont pas voulu se situer dans le cadre de la France Insoumise et aux nostalgiques des errements du Front de Gauche. Nous avons un programme élaboré, une méthode que je ne partage pas entièrement mais qui doit s’appliquer sans faille partout. Et puis surtout, surtout ne laissons pas cette situation d’élection d’une assemblée obligatoirement éphémère du fait de la Constituante, polluer le seul objectif qui doit être le nôtre, celui de l’élection le 7 mai de Jean-Luc Mélenchon.

L’élection acquise, alors commencera le véritable travail car ce que nous bâtissons de puis 8 ans avec le Parti de Gauche,

CE N’EST PAS LA VICTOIRE ELECTORALE, C’EST LE LANCEMENT DE LA REVOLUTION CITOYENNE.

Et la révolution citoyenne, ce n’est pas une balade dans les sphères électoralistes de la politique politicienne, ce n'est pas le respect absolu d'une constitution que nous condamnons et d'intitutions que nous voulons réformer, c’est le peuple qui s’empare de son destin et il ne le pourra qu’avec une organisation conçue à cet effet qui ne pourra se construire qu’autour du parti qui l’a portée.

Il nous faudra donc simultanément mener deux combats indissociables :

Mettre le peuple en mouvement, c’est à dire le mobiliser pour qu’il impose au gouvernement mis en place par le président Mélenchon, la convocation, sans délai et sans réferendum inutile, d’une assemblée constituante élue par le Peuple.

Mettre le peuple en situation de mobilisation, c’est avec ses organisations syndicales, exiger par les moyens éprouvés depuis que le mouvement ouvrier existe, la mise en application immédiate du programme social contenu dans le programme de la France Insoumise.

Telle doit être notre attitude, telle doit être notre seule motivation.

Ne perdons pas notre temps à discuter, calculer, palabrer sur qui serait mieux que qui dans une primaire ridicule, ne perdons pas notre temps à additionner des chiffres pour des probabilités qui n’en sont pas, arrêtons de débattre sur le désistement devant tel ou tel candidat député…

C’est le seul moyen pour que les fruits de l’été soient conformes aux fleurs du mois de mai.

Publié avec son accord
Tomber dans le piège HAMON ou s’engager dans la révolution MÉLENCHON ? C’est vous qui voyez...
Vous qui envisagez de voter pour HAMON, prenez garde : si vous faîtes les moutons, vous serez tondus !
La candidature de Benoît HAMON est une véritable ARNAQUE ! Du même type que celle de HOLLANDE en 2012 !
Vous êtes nombreux à avoir cru à la bonhomie et à la sincérité de François HOLLANDE, n’est-ce pas ? Du coup, vous portez une part de la responsabilité de ce pouvoir car c’est grâce à vous qu’il a pu être en situation de gouverner. C’est sans doute un peu abrupt de vous le dire mais c’est la vérité. Votre ignorance ou votre naïveté d’alors nous a coûté très cher à tous ! Or il était assez facile de cerner le loustic pour peu qu’on se soit intéressé à lui, à son passé, à ses “oeuvres” !
Chacun a le droit, bien sûr, de se tromper, de s’égarer, de se faire avoir, hélas ! Mais comme le dit un proverbe berbère que MÉLENCHON aime citer : “La seconde fois où tu te fais avoir, c’est de ta faute !
Donc, sauf si, vous avez été plongé, depuis cinq ans, dans un état d’hibernation bien plus long que celui prévu par la nature pour certains mammifères, vous avez pu constater, depuis ce jour glorieux de 2012 où le candidat qui avait décrit la finance comme son “ennemi” a été élu, combien ce combattant s’est opposé à cette finance, et comment il s’y est pris pour la domestiquer !
Et vous souhaitez pourtant, aujourd’hui, voter pour HAMON ? Vous envisagez donc de réitérer la même bévue que celle qui nous a fait avoir tant de cendres dans la bouche depuis cinq ans ?
Tout ça pour quoi ?
Parce que, pour certains d’entre-vous, HAMON, lui, est vraiment de gauche ? Vous y croyez vraiment ? Vous avez perdu la raison ? Ou bien croyez-vous, tel des enfants immatures ou des ados pré-pubères un peu attardés, que ses promesses l’engagent aussi peu que ce soit ? Croyez-vous que ses nouvelles propositions les plus à gauche viennent de sa propre volonté ? Croyez-vos que son désir ardent de rester dans l’UE actuelle soit cohérent avec un projet de gauche ? Croyez-vous vraiment que sa proposition de revenu universel soit un mieux alors que c’est une réforme suggérée depuis bien longtemps par le patronat qui se réjouirait de la mise en application d’une telle mesure puisque ce serait faire payer par l’État, et donc par nous tous, ce qui devrait être payé par les entreprises en salaire ? En outre, avez-vous entendu le montant qu’il propose ? On serait très loin du “minimum syndical” d’autant plus que ce revenu universel remplacerait toutes les autres allocations... Et, cerise sur le gâteau, comme il serait universel, les plus aisés le percevraient aussi ! Chapeau bas M’sieur HAMON. Le capital et le MEDEF vont vous adorer vous aussi, même s’ils ne le diront pas publiquement pour ne pas rendre jaloux leur poulain MACRON et son rival FILLON !
Parmi vous, il y en a d’autres pour qui voter HAMON se justifierait parce que cela nous éviterait LE PEN ou FILLON ou MACRON ?
C’est une blague ! Voilà encore une preuve que vous êtes victime du syndrome de Stockholm, vous savez ce mal qui fait que les victimes finissent par rechercher l’affection ou la reconnaissance de leurs bourreaux... Et encore, je n’ai pas dit le syndrome du larbin bien qu’à étudier certains, ce soit davantage ce mal-là qui les ronge...
Pensez enfin par vous-mêmes. Ne vous laissez plus affoler par les faux bergers qui crient au loup pour que vous mainteniez au pouvoir les bons pasteurs. N’oubliez pas toutes leurs turpitudes et toutes les violences qu’ils ont causées eux-mêmes ou cautionnées en ne se levant pas contre elles et contre ceux qui les organisaient. Ne forgez plus vos opinions en écoutant les marchands du Temple. Heu, je voulais dire les MeRdias !
Comme le dit encore MÉLENCHON : “Si vous abandonnez vos convictions dans le bureau de vote, ne vous étonnez pas ensuite de ne plus les retrouver à la sortie !” On vote pour ses convictions, pas pour le moindre mal.
Aux naïfs de gauche qui donneraient la moindre sincérité à HAMON dans son discours de "gôche", je suggère ceci : si vous souffrez des mêmes handicaps que les poissons rouges, si vous avez une tendance à oublier ce qui a été dit - et fait - hier et avant-hier, vous pouvez vous rafraîchir la mémoire en étudiant, non pas seulement ses paroles, mais ses actes depuis des années. Étudiez par exemple ses votes à l'Assemblée Nationale depuis cinq ans, notamment ceux sur les textes les plus odieux, les plus régressif... Voyez qui il a soutenu dans les choix qui ont sali notre pays et dévasté nos acquis sociaux. Observez son courage politique quand il a préféré si souvent s'abstenir ou jouer les “frondeurs” de pacotille. Réalisez que lorsqu'on entre dans un gouvernement comme il l’a fait, c’est qu’on en cautionne la politique, TOUTE la politique et pas seulement celle que le Président et le Premier ministre vous laissent mener vous-même dans votre ministère... C’est un bloc. On ne trie pas et on ne peut dire ensuite : ça j’approuve et ça je rejette. S’il avait été sincère, il aurait démissionné bien avant le jour où il a quitté le gouvernement. Car bien des horreurs avaient déjà étaient accomplies par les gouvernements auxquels il a appartenu. Prenez conscience que quelques miettes de mieux qu’il a pu obtenir dans son secteur ministériel (par exemple la loi sur l’économie sociale et solidaire) ne sauraient compenser les immenses régressions menées par ses collègues du gouvernement et de l’Exécutif ! Sachez que cela aussi est une stratégie des dominants, et pas qu’en France. Pour faire passer une loi inacceptable, nos maîtres se résolvent assez souvent à insérer, dans le texte scélérat, quelques menus progrès. Et vous demandent ensuite de vous prononcer en bloc sur le texte en vous faisant miroiter les miettes d’améliorations et en occultant tout le reste. Et si vous rejetez le texte comme violemment régressif, ils vous reprochent de refuser les quelques améliorations qu’ils vous ont concédées. Ou pour de nombreux textes régressifs adoptés, ils vous concéderont un texte qui l’est moins... C’est ce qu’on peut dire de la “loi HAMON” sur l’économie sociale et solidaire. Qu’a-t-il dû accepter pour pouvoir la faire passer ? Eh bien tout le reste... Tout ce qui a été fait depuis 2012... Quand vous en arrivez au bilan, vous ressentez de fortes douleurs au bas du dos !
Et puis, constatez qu'HAMON affiche le même européisme habituel de ces "élites” qui disent travailler pour notre bien, fut-ce contre notre gré, en voulant l’Europe sociale, ce mantra étant sans cesse repris depuis la première élection du parlement européen en 1979 et qui, JAMAIS, n’eut le moindre début de commencement en pratique ! En fait d’Europe sociale, ces “élites” nous ont ramené au XIXe siècle, elles ont réduit à presque néant ET notre souveraineté populaire ET notre indépendance géopolitique. Et maintenant, elles semblent clairement vouloir franchir une étape supplémentaire : une nouvelle guerre avec la Russie ! NOUS N’EN VOULONS PAS ! CECI NE SE FERA PAS EN NOTRE NOM ! Et tous ceux qui ne s’élèveront pas on ne peut plus clairement contre ce risque-là seront violemment rejetés par le peuple français !
HAMON n'a qu'un objectif : mystifier une fois de plus un nombre suffisant d'électeurs de "gauche", faire en sorte que ceux-ci ne votent pas cette fois pour MÉLENCHON. HAMON a exprimé en 2012 son rôle : constituer un pilier gauche pour le PS en vue d’éviter une fuite des électeurs vers MÉLENCHON. “On assure à Hollande le flanc gauche qui évite que certains électeurs se tournent vers Mélenchon” a-t-il dit au Figaro (voir cet article).
Vous avez pigé ou ce n’est pas assez clair ? Et ne venez pas me dire que ça c’était avant ! Rien n’indique qu’il ait changé !
HAMON s‘est vu confier une mission qu’il a acceptée : tout faire pour que MÉLENCHON n'atteigne pas le second tour. HAMON sait très bien que lui perdra. Car il ne peut ignorer le désaveu massif que le PS, et le pouvoir actuel, inspirent dans les têtes de TOUS les Français, quels qu’ils soient, de droite, de gauche, du centre, ou de nulle part ! Le peuple français réserve un châtiment impitoyable à ceux qui se sont joués de lui ! Le PS va connaître l’épuration !
In fine, c’est l'élection de MACRON ou de FILLON que prépare HAMON ! Peut-être se voit-il comme le principal opposant d’un Président qui serait MACRON ou FILLON pour la période 2017-2022. Ainsi, avec HAMON principal opposant au nouveau pouvoir, on aurait le candidat “naturel” pour l’élection de 2022.
En votant HAMON au premier tour de cette élection, vous remettriez une pièce de plus dans la machine de la 5e République. Pour faire tourner le manège encore une fois... Sauf qu’avec cinq ans de MACRON ou de FILLON, où en serons-nous en 2022 ? Que restera-t-il au peuple français ? Dans quel état serons-nous plongés ? J’ai froid dans le dos à y penser. Pas vous ?
Le moment que nous vivons est historique. Plus qu’aucune élection ne l’a jamais été depuis l’avènement du Conseil National de la Résistance. Si on ne saisit pas cette occasion de commencer à sortir MAINTENANT, TOUT DE SUITE, SANS ATTENDRE CINQ ANS DE PLUS, du système et de la société capitalistes, si on ne commence pas dès le 8 mai prochain (lendemain du second tour de la présidentielle) à mettre en oeuvre la libération de notre pays de l'oligarchie qui le dirige depuis trente ans, si on ne met pas en oeuvre, dès le 8 mai prochain (date symbolique s’il en est !) les mesures pour reprendre notre pleine et entière SOUVERAINETÉ - à la fois populaire et nationale -, si on ne rend pas très vite le pouvoir - TOUT le pouvoir - au peuple souverain, alors nous vivrons collectivement de biens cruels moments ; car tous, autant que nous sommes, et quelles que soient nos vies, nous allons subir le pire. En tant qu’individus, en tant que peuple, en tant que nation !
FILLON ou MACRON, ce sera l'accomplissement du grand projet des oligarchies mondiales : la France sera transformée en vulgaire "région" d'une superstructure européenne qui aura encore affermi sa puissance et son autoritarisme, aux ordres et pour le seul intérêt des multinationales ; et à l'intérieur du "pays", le peuple français redeviendra ce Tiers-Etat qui souffrait tant des caprices des "Grands" et des “Princes”avant la Révolution, sans avoir son mot à dire sur quoi que ce soit, et ce peuple sera toujours plus contraint de se tuer au "travail" pour le plaisir de quelques-uns et pour n’avoir pas le temps ni la force de se rebeller.
Non ! HAMON n'est pas un "gentil" de l'aile gauche du PS. Il est un outil du système destiné à tromper et à empêcher le basculement de la France dans une forme de résistance mondiale à l’ordre capitaliste. HAMON a été choisi pour jouer le même rôle qu'OBAMA en 2008, quand le peuple américain menaçait d'entrer en révolution après les deux mandats calamiteux de BUSH le petit.
Imaginez une seconde ce que serait la force de frappe de la République française (je ne parle pas ici de la force de dissuasion nucléaire...) si son prochain Président de la République était Jean-Luc MÉLENCHON !
Imaginez le message que le peuple français, en l'élisant lui, enverrait au monde ! Nous deviendrions un pôle de résistance à l'ordre capitaliste mondial et à son vecteur impérialiste.
John Fitzgerald KENNEDY, dans son discours inaugural prononcé le 20 janvier 1961, a dit ces mots : “L’énergie, la confiance, le dévouement que nous allons offrir pour rendre possible cet avenir éclaireront notre pays et tous ceux qui le servent et l’éclat de ce feu est de nature à illuminer le monde.
Ces paroles lyriques, Jean-Luc MÉLENCHON, j’en suis certain, pourrait les faire siennes. Il les a d’ailleurs déjà dites - autrement - à de multiples reprises ces derniers mois. Et, comme lui, je ne doute pas que son élection réveillerait des millions de gens en France, des millions de gens qui seraient prêts à prendre leur part du combat à mener et des changements à mettre en oeuvre. Je dis cela sans ignorer ou négliger que cette élection éveillerait aussi des sentiments bien peu amicaux à notre encontre, et déclencherait contre lui, contre ses ministres, contre nos ambassadeurs, contre les nouveaux responsables supérieurs des administrations de l’État et contre nous tous, des réactions très violentes de la part du système et de ceux qui le servent. Car les “collabos” ne se déclareront pas vaincus sans avoir lutté pied à pied contre nous. Qui sait ce qui peut nous arriver ! La stratégie du choc est leur stratégie de lutte contre les peuples qui ont des volontés rebelles ! Tenez-vous le pour dit et préparez-vous-y !
Cela ne doit pas vous faire mettre un genou à terre pour autant. Car je crois aussi qu’aucun pouvoir, aussi despotique soit-il, ne peut rien contre un peuple qui a décidé de prendre - ou de reprendre - son destin en mains ! “Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux” disait LA BOÉTIE qui ajoutait : “ Un tyran n’a de pouvoir de nuire qu’autant que les hommes veulent bien l’endurer”.La plus grande force des tyrans est l’inertie des peuples” disait pour sa part Nicolas MACHIAVEL tandis que Dimitris PAPACHRISTOS a écrit très justement que “Celui qui attend qu’on le libère restera un esclave toute sa vie”. Louise MICHEL avait fait sienne cette maxime : “Le peuple n’obtient que ce qu’il prend” et dans le même esprit : “Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent” avait reconnu Pierre KROPOTKINE.
Un autre extrait, célébrissime, du discours inaugural de JFK disait : “Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous mais ce que VOUS pouvez faire pour votre pays !
Ce que VOUS pouvez faire pour votre pays - et donc pour notre peuple - c’est déjà de ne pas vous tromper le 23 avril et, si MÉLENCHON parvient au second tour, le 7 mai !
Ensuite, quoi qu’il arrive, c’est de rester mobilisé et éveillé. Même si MÉLENCHON est élu Président de la République, VOUS devez TOUS rester sur le pont car il ne fera pas tout, tout seul. Son gouvernement ne pourra tout faire de ce que nous envisageons de faire si le peuple tout entier n’exerce pas une pression très forte pour, d’une part, pousser au cul les “timides”, et, d’autre part et en même temps, jouer le rôle de “garde prétorienne” du nouveau pouvoir sur lequel les coups ne cesseront de pleuvoir, à verse !
Il ne s’agit pas - ou il ne s’agit plus - en 2017 de simplement voter pour un Président et lui donner carte blanche. Il faut passer à une autre ère de la démocratie, et cela sans même attendre le temps où sera rédigée collectivement puis mise en oeuvre une nouvelle constitution. Dans notre façon d’appréhender le pouvoir, le principe représentatif et la délégation, nous devons devenir des adultes et donc être instruits de ce qui se fait pour bien “conseiller” et orienter celles et ceux qui décideront pour nous, en notre nom. Nous devons exiger une pratique constante de la démocratie participative en attendant que la future constitution de la 6e République nous rende TOUT “le” pouvoir, TOUS “les” pouvoirs !
Et le peuple français, s’il se comporte ainsi chez lui, redeviendrait un exemple pour le monde. Bien plus encore : si ce nouveau pouvoir, exercé au sommet par Jean-Luc MÉLENCHON, son gouvernement, l’administration, nos ambassadeurs et leurs services, accomplissaient l’oeuvre que nous aurions légitimée par l’élection de ce candidat-là, donc si le Président MÉLENCHON et les pouvoirs publics français entamaient, dès le 8 mai, un dialogue nouveau avec ces États européens, africains, asiatiques, sud-américains qui sont nos alliés naturels, bien plus que d’autres avec qui nous sommes actuellement liés, et si la France commençait à parler au monde au nom des peuples insoumis, des peuples opprimés et des nations dont le vocable officiel dit qu’elles n’ont pas encore “émergé”, peut-être même que la France ne serait plus seulement un “exemple” comme je l’ai dit ci-dessus, mais un véritable “phare”, dans l’esprit kennedyen du premier extrait que j’ai cité plus haut !
D'autres pays dans le monde ont amorcé cette résistance et cette reconquête. Et même si nous ne nous retrouvons pas entièrement en eux, il serait utile et profitable à tous que nous travaillions de concert avec eux pour vaincre ces oligarchies capitalistes qui ont repris le contrôle du monde, alors qu'au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, les peuples étaient entrés, pour certains d'entre-eux, notamment en Europe, dans une ère de progrès, progrès qui a été interrompu dans les années 70 et qui n'a cessé d'être déconstruit, pierre après pierre, les pouvoirs politiques de nos pays se dessaisissant de leurs prérogatives au profit soit des entreprises, soit de structures politiques et juridiques illégitimes, tout ceci bien sûr en violation constante des volontés populaires si souvent exprimées.
Alors, il est vrai que certains d'entre vous pensez que MÉLENCHON n'est pas le candidat idéal. Sans doute n'est-il pas parfait. Sans doute défend-il parfois des positions qui ne sont pas les vôtres. Nous sommes un peuple divers et il est donc logique que nous ne pensions pas tous la même chose sur tous les sujets. Moi-même, je ne suis pas le doigt sur la couture du pantalon vis-à-vis de MÉLENCHON quand je le trouve trop timide sur la question européenne ou sur certains thèmes économiques et sociaux.
Pour autant, et j’insiste sur ce point, quelle alternative avons-nous ? Je n'en vois aucune. TOUS les autres candidats en situation de parvenir au second tour sont détestables, soit par leur projet, soit par leur passif.
Alors, certains me disent que ce genre de discours, c'est finalement appeler à soutenir "le moindre mal". Je ne suis pas d'accord ! MÉLENCHON , ce n'est pas le moindre mal ! C'est un bien ! Ce n'est peut-être pas "LE" bien, mais c’est un plus grand bien, comparé à ce que nos vivons depuis le début de la mise en oeuvre de la stratégie du choc.
MÉLENCHON - ce n'est pas rien, d'autant qu'il est le seul à le proposer parmi les "grands" candidats - s'engage à organiser une Constituante, c'est-à-dire à rendre au peuple son pouvoir constituant. Via des représentants élus et tirés au sort (selon des conditions et modalités à définir), NOUS, LE PEUPLE FRANÇAIS, réécrirons notre constitution et ainsi nous déciderons du type de régime que nous voulons, des droits nouveaux que nous nous reconnaissons, des obligations que nous acceptons, et de celles que nous imposerons à tous nos représentants et à tous les détenteurs d'une parcelle de pouvoir dans l'État, les collectivités locales, les entreprises...
MÉLENCHON est le seul à s'engager à cela et c'est ce qui est le plus fondamental pour moi, au-delà de l’accord que je peux avoir avec lui sur une très large partie de son projet. Aussi longtemps qu’une révolution au sens traditionnel n'éclate pas pour que le peuple reprenne par la force le pouvoir qui lui a été enlevé par la loi, il n'y a que la loi pour défaire la loi et la refaire, à commencer par la loi fondamentale, la constitution ! Et donc les urnes ! Pour que celui qui présidera le régime, et celles et ceux qui seront envoyés dans nos institutions pour faire la loi, soient les bonnes personnes... Au-delà de la question du projet, d’autres paramètres seront à prendre en compte, avec la plus grande attention. Car si, dans les prochaines semaines, se confirme la montée en puissance et en crédibilité du candidat MÉLENCHON, ne doutez pas que se rallieront à lui les amis du dernier jour, ceux qui n’en sont pas, et qui se rapprochent seulement d’une force de nature à sauvegarder leurs propres intérêts ! Ceux-là, nous les repérerons aisément. D’ailleurs, ici ou là, il y en a déjà qui se font remarquer... Il est si facile de les reconnaître...
Cet engagement de faire la Constituante et tout ce qui a été dit par MÉLENCHON à ce sujet, de même que certaines déclarations, plusieurs fois répétées, quant à ce qu’il envisage de faire lui-même, indiquent - sauf à l’accuser de mensonge - qu’il sera fidèle à l’esprit nouveau qu’il essaie, depuis deux ans au moins, de faire souffler sur le pays. Ce nouvel esprit non pas tant des lois que du pouvoir, est en phase avec son temps. MÉLENCHON, sur ce sujet comme sur bien d’autres, a saisi ce qui fait notre temps et essaie d’y adapter la manière de gouverner et de traiter avec le peuple. Qui d’autre que lui, aujourd’hui, parmi les “grands” candidats susceptibles de parvenir au second tour dans notre inique système électoral de monarchie présidentielle, a choisi d’adopter la même ligne de conduite ? Cherchez bien, vous ne trouverez personne !
Le système politique que propose MÉLENCHON et la France insoumise dans le projet L’AVENIR EN COMMUN, c’est notamment que chaque citoyen-ne, quelles que soient ses opinions, ses préférences, ses affinités, ou à l’inverse ses aversions... pourra prendre sa part dans le débat politique de la nation ou de son territoire, et participer à la prise de décision juridique. Et sur cette base, les politiques menées seront alors de nouveau le reflet de la volonté populaire et nos lois (comme les délibérations de nos assemblées locales) deviendront vraiment l'expression de la volonté générale dans l’esprit de Jean-Jacques Rousseau.
En conséquence, sauf si vous êtes partisans du système actuel de confiscation du pouvoir par quelques-uns, je pense que vous devriez appuyer Jean-Luc MÉLENCHON, quel que soit votre sentiment à son sujet, car il vous donnera, à vous aussi, la possibilité concrète de vous exprimer et de prendre votre part, quand bien même vos opinions politiques ne seraient pas les siennes. Vous pourrez, grâce à lui, peser sur la décision après que de larges débats aient été organisés et souvent des votes directs car, il l’a souvent répété, “Nous voterons beaucoup désormais”. Réfléchissez à cela.
Enfin, pour conclure, je dirais que ses opinions à lui, comme les miennes, et comme celles de toute la France insoumise, opinions qui sont aussi partagées très au-delà de ce mouvement citoyen qu’est la France insoumise, c'est de rendre le peuple français libre, indépendant, souverain, à l'intérieur du pays, comme à l'égard des autres pays du monde. Or redevenir ainsi, libres, indépendants et souverains, nécessite des ruptures géopolitiques et géostratégiques majeures (telles que sortir de l'OTAN et de l'UE mais aussi de la Banque Mondiale, de l'OMC et du FMI par exemple, tout en renforçant l'ONU, contrairement aux velléités du nouveau Président et du Congrès des États-Unis dont il est fait mention dans la presse depuis quelques jours) et aussi des ruptures avec la trame économique, politique et culturelle qui guide notre pays depuis trois décennies, ce qui nous impose de restaurer le plein pouvoir économique et monétaire de nos institutions nationales et le plein pouvoir du peuple dans tous les domaines de la vie publique sans oublier le plein pouvoir des travailleurs dans l’entreprise, afin que nous puissions mettre en oeuvre notre projet de progrès pour tous, cet “Avenir en commun” que nous proposons comme ferment national et républicain pour les 5 ans à venir.

Posté par Micmilitant Gien à 18:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 janvier 2017

Encore une fois, merci Jean-Luc Mélenchon

15826612_10154905216671057_7604885651508493090_n

Crédit photo: Christian Rodriguez

Pour des raisons qui me sont personnelles, suite à un recul politique muri que je prends à cause du volet législatives de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, ce blog va revenir très prochainement à sa fonction première, celle d’évoquer les grands thèmes et les grands combats de mes 52 années de militantisme.

 Cependant, que personne ne s’inquiète, que personne ne se réjouisse, Jean-Luc Mélenchon aura ma voix, ma fidélité et mon soutien dans la victoire comme dans la défaite et je serai au service de mes camarades du Parti de Gauche quand il nous faudra refonder le seul parti de la Révolution Citoyenne qu’il n’a en fait jamais cessé d’être.

 

Et quand l'évènement concernant JLM est d'importance, il a bien sûr priorité sur ce blog.

C’était hier, alors que dans le Pas de Calais, un candidat à la primaire du PS accueillait avec le soutien appuyé de tous les medias 200 personnes, à Tourcoing une salle de 1000 places était réservée par les camarades du Nord, qu'il convient de saluer pour les capacités d'organisation, pour un premier grand meeting de Jean-Luc Mélenchon, discours axé sur la condition salariale et les propositions du programme l’Avenir en Commun en ce domaine.

La salle se révélant pleine et trop petite, c’est dehors dans la froidure de l’hiver qu’environ 500 à 1000 personnes supplémentaires sont venues rencontrer notre candidat et c’est avec eux, dehors, en respect pour leur soutien que Jean-Luc a commencé une présentation émouvante s’il en est du thème présenté.

Avec une connaissance des réalités et une précision que nous lui connaissons bien, il a su émouvoir grande partie d’entre eux et beaucoup des 130 000 connectés qui, comme moi, ont suivi son discours.

La réalité du monde du travail, le scandale imposé à cette caissière de l‘hyper grande distribution, l’AVC de la factrice, les suicides de travailleurs à La Poste et ailleurs, sans oublier de présenter dans le détail le professionnalisme du métier de facteur complètement battu en brèche par la condition que le libéralisme impose à cette profession.

Après un véritable hymne à la classe ouvrière, à ses compétences, à ses luttes et à leurs acquis, c’est à l’intérieur du théâtre que notre futur Président de la République détaille les volets concernant la condition salariale avec la même précision, le même sens de l’Humain, sachant par exemple présenter dans le détail, le travail des chaudronniers.

Face à la mascarade des primaires du PS, contre le programme rétrograde d’un Fillon, l’imposture du discours d’un Macron, la duperie permanente de la famille Le Pen, une fois de plus celui que certains présentent comme un homme seul était entouré de 2 000 personnes, fort du soutien qui approche les 200 000 signataires, porteur d’un programme construit, discuté, diffusé.

Oui vraiment il nous faut le 23 avril ce camarade au second tour, oui vraiment il nous faut ce Président le 7 mai, oui vraiment, il nous faut nous préparer à mobiliser notre peuple dès l’investiture de Jean-Luc Mélenchon pour que soit décidée sans délai et sans fausse démocratie, l’élection de l’Assemblée Constituante, pour que soient engagées les ruptures nécessaires avec le système et donc avec la 5ème République, pour que s’engage enfin la victoire de la classe ouvrière et l’avènement des jours heureux.

Une fois de plus, Merci Jean-Luc Mélenchon

Lien pour entendre ou réentendre le discours de Tourcoing :

https://www.youtube.com/watch?v=pJZcCXqqj80

 

 

 

Posté par Micmilitant Gien à 12:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 janvier 2017

Jour de voeux, de souhaits et de résolutions

Ca y est, les douze coups de minuit vont sonner.

Une traditon certes désuète veut que chacun souhaite à tous une nouvelle année de joie, de bonheur, de santé. N'y dérogeons pas, elle permet de maintenir un lien quelquefois distendu, parfois elle favorise des retrouvailles et reste, somme toute, un geste d'amour ou d'amitié très agréable.

15780746_1405687702799559_2515602621740851607_n

Avec cette photo de la ville historique de Gien que, comme chacun sait, je porte au fond de mon coeur, en ce premier janvier 2017, que tous mes voeux, notamment celui d'un maintien en bonne santé, aillent à ma famille mes amis proches qui sont les deux facteurs importants pour toutes les viscissitudes de la vie.

2017, c'est aussi l'année charnière où l'âge, la diminution légère certes mais inéluctable de l'énergie nécessaire mais aussi le bilan des réussites, des échecs et des désillusions conduit à des choix sur la vie militante mais c'est la grande année de l'espoir pour les idées que je porte.

Mes voeux politiques iront donc tout d'abord à Jean-Luc Mélenchon, camarade dont j'ai découvert le courage politique dès 1989 et avec qui depuis 8 ans maintenant, dans le beau parti qu'il a fondé, nous avons porté le concept de la Révolution Citoyenne. Que ces voeux rejaillissent sur les centaines de camarades, des dizaines de ceux-ci étant devenus des amis, certains très proches, côtoyés dans mon comité, mon département, au conseil national, dans les RM, au pôle orga, lors de la belle campagne des municipales de Paris, dans les manifs ou simplement dans nos débats "facebookiens".

Que 2017 soit pour toi Jean-Luc, l'année de la victoire,tant espérée, de nos combats. Que dans 115 jours nous applaudissions ta sélection pour le second tour et que nous partagions le champagne de ta victoire deux semaines après.

15741187_646532938851467_8415851070963041619_nEt puis, comment dans cette année qui s'ouvre, ne pas souhaiter le meilleur pour ce beau parti, né du courage de Jean-Luc et qui pour moi a représenté une véritable renaissance politique.

Maltraité depuis le congrès de Villejuif où nous avions cru, naïvement sans doute, que certaines de nos conceptions s'étaient gravées dans l'orientation, désarçonné par la séquence désastreuse des régionales et ses conséquences internes, battu en brèche par certains anti-partis et non-encartés, souhaitons que 2017 soit l'année de sa refondation dans ce qu'il aurait dû devenir: le parti fort, développé, organisé, démocratique porteur des idées et des actes nécessaires à la révolution citoyenne.

Qu'avec d'autres, la santé, l'énergie me permettent, de participer à cette nécessaire évolution...Notre Parti de Gauche le vaut bien.

Famille, amis, camarades Santé, Bonheur, Victoire, Réussite de vos vies personnelles et militantes,sont les voeux que je forme pour vous, vos proches et vos structures politiques, syndicales, associatives, bref votre vie militante.

 

 

 

 

 

 

Posté par Micmilitant Gien à 00:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

26 décembre 2016

Militant de la Révolution Citoyenne, pas animal politique

Che

2016 se termine

« Annus horribilis » pour cet espoir extraordinaire  qu’est le Parti de Gauche, , année  intense, enthousiasmante par beaucoup de côtés, notamment la candidature de Jean-Luc Mélenchon et le succès des débuts de cette campagne, année éprouvante par d’autres côtés liés à la tragédie des régionales et à ses incidences sur l’avenir du parti et des responsabilités que j’y assumais au conseil national, fin d’année pleine de doutes consécutifs à la convention des tirés au sort de Lille, à ce que je considère comme un recul sur l’axe fondateur qu’est la Constituante , à la manière dont s’est conçue la désignation des candidats aux législatives et à quelques incidences plus locales.

Pour toutes ces raisons j’ai souhaité prendre deux mois de recul nécessaire sur ma vie militante, mes engagements.

Que personne ne s’y trompe cependant, ma fidélité à Jean-Luc est intacte, il aura mon vote et, dans la réussite comme dans l’échec, ma fidélité et mon soutien total. Que nul ne rêve de me voir de me voir quitter le PG, j’y resterai adhérent jusqu’à sa mort si, comme je le prévois avec tristesse elle doit arriver, et je serai au service de tous les camarades qui choisiraient de lui éviter cette situation et le développer et l’organiser comme le parti qu’il aurait dû être, celui de la Révolution citoyenne.

Cette période a abouti à divers choix dont je réserve, chacun le comprendra, la primeur début 2017 à mes camarades du Parti de gauche et plus spécialement à mes amis du comité du Giennois.

Ces six semaines m’ont cependant amené à réfléchir à la catégorie dans laquelle je me situe. La vie politique donne naissance a des « animaux politiques », genre tout à fait respectable, tout à fait brillant, tout à fait nécessaires pour peu qu’ils se situent dans le cadre de la victoire pour une cause.  Pour ma part j’en respecte un certain nombre j’en exècre d’autres qui n’ont pour but que d’occuper le pouvoir et ses avantages de tous ordres.

« L’animal politique » est de cette catégorie qui se bat pour le pouvoir, soit pour en faire un outil au service d’une cause, soit par ambition personnelle. Celui que j’appelle ainsi rebondit sur les évènements, considère la structure comme un outil, passe les alliances tactiques et stratégiques nécessaires et fait les compromis nécessaires à sa victoire, l’animal politique se présente à toutes les élections, le militant se bat pour que son parti se développe et s’organise.  Quand en 1983, le parti dérive vers l’inverse de son choix initial, l’animal politique reste et s’adapte, le militant s’en va ; quand en 2016, le parti pousse vers la sortie les meilleurs de ses militants parce qu’ils ne sont pas dans la ligne, l’animal politique s’adapte, le militant se met en retrait pour des jours meilleurs….comprendra qui pourra.

Je n’ai pas je n’ai jamais eu pour ma part l’ambition d’un « animal politique », mes candidatures politiques avaient le but de faire triompher nos idées avec lucidité, avec honnêteté intellectuelle, avec respect de la parole donnée, avec la fidélité aux engagements pris pour développer un parti sans le fondre dans des systèmes de mouvements ou d’alliances victorieuses au prix du renoncement. Permettaient elles d’être élu comme je l’aurais aimé pour certaines (je pense à la mairie de Gien), sans doute non et sans doute n’avais je pas la capacité nécessaire d’acceptation des entorses intellectuelles à faire pour choisir les bonnes alliances, non vraiment je ne suis pas de cette catégorie.

Je crois au bout de ces  années  militantes  commencées dans le bouillonnement des années 60, avec le formidable mouvement de mai 68 et des responsabilités que j’y assumais m’être inscrit, sans que la formule soit inventée à l’époque dans la belle et formidable aventure de la Révolution Citoyenne. Celle-ci s’est concrétisée pour nous jeunes militants qualifiés, ne l’oublions jamais de ‘jeunes intellos à la solde d’un anarchiste juif allemand » par notre tentative de faire de la CFDT le pivot de cette logique concrétisée par le beau congrès dit de l’évolution, celui où en 1970, nous inscrivions le triptyque de l’autogestion, de la planification économique et du socialisme démocratique comme base de notre combat. Beaucoup d’entre nous, j’en étais, avaient choisi de compléter cette affaire par une adhésion au PSU.

Oh certes le bilan de nos combats est riche, il était prometteur. Il s’est très vite fait porteur dans le milieu politique d’ondes négatives, celle d’un Mitterrand déclarant « ne rien comprendre à nos projets » comme celle d’un Rocard voulant utiliser le syndicat et finalement emportant la grande majorité du PSU vers le courant porteur de pouvoir, celui du PS, premier constat que ce monde politique n’était pas le mien et c’est dans  la CFDT que j’ai choisi de m’investir. Nous y avons porté de beaux combats, défendu de grandes causes encore d’actualité aujourd’hui et puis là aussi le PS a fait son œuvre de noyautage, débauchant grande partie de nos militants et conduisant l’organisation vers la logique de l’Europe libérale, la prenant comme auxiliaire dans les réformes voulues par le libéralisme européen auquel Mittrrand et le PS s'étaient ralliés en 1983.

Pour ma part être resté ce que j'ai toujours été, un militant des causes que nous avons élaborées est une fierté.

Comme  beaucoup de mes camarades, avec les beaux combats pour le droit des homosexuels, pour le droit à la paternité, pour un monde écologique donc sans nucléairecommencées à Dampierre, nos luttes syndicales, les beaux combats des LIP, des postiers, des magnifiques luttes plus locales, j’ai erré dans le monde de la recherche de projet porteur.

Comme beaucoup aujourd’hui, j’ai tenté l’expérience du mouvement alternatif qui a fini comme il devait finir, dans l’échec et  la mise en route de centaines de camarades qui continuent d’errer sur la galaxie des déçus de la politique avec le somptueux titre de gloire de « non-encarté ». J’ai tenté la compagnonnage avec le PCF qui a suivi sa logique… rien ne peut se faire sans l’adhésion au parti, il avait raison sur ce point d’ailleurs, aucune logique ne peut s’expliquer pour un parti à voir des gens extérieurs intervenir sur sa conduite mais je n’étais pas prêt pour ses méthodes, son fonctionnement et ne le suis pas plus aujourd’hui, ce qui n’empêche nullement mon adhésion aux idées du communisme et mon grand respect pour les militants que j’ai toujours côtoyé dans les luttes et les actions sociales.

Et puis est arrivé Jean-Luc Mélenchon que je suivais depuis un acte courageux en 1990 et le PG, bouffée extraordinaire d’espoir, la reprise de tous  les thèmes pour lesquels je m’étais battu, reprise des notions de pouvoir citoyen, de planification, combats pour l’égalité des droits, soutien aux luttes l’ensemble repris dans ce concept, celui de la Révolution Citoyenne.

Oui j’ai vécu dans ce parti 6 années de bonheur, j’en serai longtemps reconnaissant à l’ami fondateur qui m’y fit adhérer, qui m’a poussé à entrer au conseil national, il se reconnaîtra en lisant cet article. Merci Bastien.

J’aurais tant voulu apporter à ce parti et à Jean-Luc, l’expérience de toutes ces années, non pas pour conseiller, jouer les anciens combattants, non simplement pour apporter ma pierre à un bel édifice mais voilà…les effets divers et variés dont l’effet de cour mais aussi les situations imposées par la 5ème République pour qui  je l’espère bien avec Jean-Luc Mélenchon,  sonnera le glas en mai 2017, ne l’ont pas permis.

Non décidément, malgré l’âge qui inexorablement fait son œuvre, malgré les combats perdus, les élections ratées, au crépuscule de ma vie militante, sans aucun doute, je sais que je ne serai jamais un animal politique.

Je suis, je resterai, avec honneur et fierté un militant de la grande cause historique de la Révolution Citoyenne.

Posté par Micmilitant Gien à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 décembre 2016

Bel article en partage

Bonjour à tou-te-s,

Dans cette période de réflexion que je me suis imposée, j'ai eu l'occasion de lire dans Politis un très bel article des mes amis et camarades du "collectif pour un Peuple souverain"

Avec plaisir, je le partage sur mon blog politique et vous encourage vivement à le lire et à soutenir le journal Politis, l'un des rares media français à faire pour JLM et la FI, une information correcte.

Pas doué, je n'ai pas réussi à partagé photo de l'article donc voici le lien pour accéder:

http://citoyens-souverains.fr/interview-sur-la-syrie-dans-politis/

Bonne lecture à tou-te-s

 

Posté par Micmilitant Gien à 10:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 décembre 2016

2008-2017…. C’est la Révolution Citoyenne notre combat

JLMJean-Luc Mélenchon disait hier midi sur France 3 « je suis content d’avoir mon âge parce qu’il m’a permis l’expérience ». Je suis très loin de sa valeur, de sa culture, de ses compétences mais cette phrase, je pourrais aussi la formuler.

De 1964 à ce jour, je me suis toujours trouvé dans les combats pour un autre monde, un autre rapport social, un combat contre toutes les aliénations, celles imposées à ma classe, celle des exploités comme celles, qui ne sont pas moindres, de la condition faite aux minorités.

Après ces tranches de vie faites d’espoirs, de désillusions, de quelques réussites et de nombreux échecs ou erreurs  est revenu l’espoir un soir de 2008 avec Jean-Luc et le Parti de Gauche.

Depuis ce jour je suis investi dans un seul combat qui englobe tous les aspects de ma vie militante, celui de la Révolution Citoyenne, je dois ce bonheur à Jean-Luc et au PG, pour cela je resterai fidèle à l’un comme à l’autre quelles que soient les suites que je donnerai après réflexion et courant janvier à mon investissement.

Ce que nous construisons, ce n’est pas la victoire à la Présidentielle qui n’est que l’étape indispensable au projet global, ce n’est pas la conquête de quelques sièges (et trop souvent à quel prix….) à des élections intermédiaires. Ce que nous faisons n’a qu’un seul but, celui de redonner le pouvoir au Peuple qui doit redevenir le seul acteur de son destin, c’est le concept même de Révolution Citoyenne qui ne finit pas avec la victoire de mai 2017 mais, au contraire, s’accélère avec la convocation de l’Assemblée Constituante. Sur ce point, une seconde demande par procédure référendaire est pour moi, une concession absurde et illégitime, au régime que nous devons abattre.

Pour ces raisons, parce que je crois que nous étions nés pour être ce parti de la révolution citoyenne, j’ai depuis le début et surtout depuis juin 2012, contesté la stratégie du Front de Gauche qui a finalement abouti à ce qui devait se produire. Même si je suis, au fond de moi-même, comme Ferrat, imprégné de « l’idéal qui nous faisait combattre et nous pousse encore à nous battre aujourd’hui » je savais que le parti partenaire qui se prétend seul porteur de cet idéal se comporterait comme il l’a toujours fait, en hégémonie sur le mouvement et en porteur de vérité non partageable. C’est sa conception, son choix, ils sont respectables, c’était à nous de le savoir…

En ce sens, je considère que la stratégie de la France Insoumise est pour la séquence électorale qui nous occupe, la bonne stratégie pour peu qu’elle demeure ce qu’elle est, une stratégie pour les victoires nécessaires de 2017 pour peu qu’aux législatives nous sachions éviter l'illusion des non-encartés et anti partis de tous poils, les phénomènes de cour et les dérives ou alliances dangereuses.

Partout en Europe et même au delà, les peuples rejettent, chacun à sa manière, chacun avec sa réalité, ce vieux monde où la dictature de la finance impose aux peuples souverains, austérité et misère. Ils le font avec leur réalités politiques et il ne nous appartient pas de les juger, nous ne sommes pas donneurs de leçon aux autres peuples.

En France, grâce au PG et à Jean-Luc Mélenchon, une voie, un boulevard dirais-je, s’ouvre pour une concrétisation de ce que nous avons construit depuis 8 années. Le FN n’est pas ici le seul recours car une voix d’exception, un programme réfléchi, élaboré, adaptable est publié et des milliers de militants y sont investis, c'est celui de la France Insoumise porté par Jean-Luc Mélenchon….

La réalité politique de cette séquence est désormais clarifiée.

Regardons à l’extrême droite, La candidate du FN s’enfonce chaque jour dans une vision et des actes au parlement européen anti sociaux, racistes et tout ce qui fait la nature de ces mouvances. C'est la nature même du FN et chacun le sait, je ne prononce pas d'excuses à ceux qui choisissent ce vote car ils savent ce qu'ils font. Du fond des prisons ou de l''exil dans lequel ils nous plongeront, je ne saurais pardonner à aucun d'entre eux.

Regardons à droite : Les primaires du parti  dit Républicain ont, et pour moi, c’est un réel bonheur, évacué le sous-marin de l’extrême droite, ancien Président remercié déjà par le peuple français en 2012. Certes sur le terrain social, le candidat ne vaut pas mieux mais il propose un programme de droite, c’est logique et c’est à nous de le combattre. Le Président de la République, candidat naturel du parti qui usurpe le beau nom de socialiste, est poussé au renoncement et ses ministres anciens ou pas vont s’affronter dans une primaire qui ne nous concerne pas puisque tou-te-s sont sur la même ligne politique de droite et de reconnaissance des traités européens dont nous sortirons avec ou sans négociation… Passons sur la candidature sans intérêt du banquier Macron.

Regardons à gauche : les militants du PCF on à une petite majorité renoncé à présenter un candidat, soutenant de ce fait la candidature Mélenchon même si, pour les législatives, la situation est beaucoup moins claire et que les relations avec le PS ne sont toujours pas dénoncées. Reste hélas, les candidatures NPA et LO que pour ma part je regrette tant ce qu’ils pouvaient apporter de radicalité pouvait être important pour notre choix mais bon….

Alors oui, la victoire présidentielle de Jean-Luc Mélenchon est à portée du bulletin de vote

Et, si comme je le souhaite ardemment, victoire il y a, ce sont les suites de cette victoire qui se doivent d’être maîtrisée et là, l’analyse, la maîtrise de la Révolution Citoyenne dépendront inévitablement de la démocratie interne, de l’organisation, de la capacité d’analyse du seul parti porteur de l’idée de Révolution Citoyenne depuis 8 années, notre parti, le Parti de Gauche. En prendrons-nous les moyens ? 

Affaire à suivre

 

Posté par Micmilitant Gien à 11:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,